Poesia kaiera
Stephane Mallarme
itzulpena: Josu Landa
Poesia kaiera
Stephane Mallarme
itzulpena: Josu Landa
2016, poesia
64 orrialde
978-84-92468-89-8
Stephane Mallarme
1842-1898
 
 

 

Ahaire ttipia

 

          I

 

Nornahi bakar estiran

zisne eta kai ezean

zaharkituaren miran

nire so ezerezean

 

Hemen da banaloria

ukitu ezin denez altu

sartalde urreen zoriaz

zeru anitz dira ñabartu

 

Hegiz dabil ahulduta

txori iheskorrak murgil

jantzi zuria kenduta

bozkariotan da hurbil

 

Zure poz biluz hartara

uhinez bihurtu zara.

 

 

               II

 

Hezigaitz bide gertatu

harantz da nire esperantza

goian galdurik zartatu

isilez eta bengantzaz,

 

Boz arrotza zuhaiztian

oihartzun gaberik doa,

behin bakarrik bizian

entzuten den txoriñoa.

 

Musikariak ez du onik,

hantxe da duda iraungi

kolko bietatik nondik

hipa txarrena den jalgi

 

Urratuko da betean

bertan bidexka batean!

 

Petit air

I

Quelconque une solitude / Sans le cygne ni le quai / Mire sa désuétude / Au regard que l'abdiquai // Ici de la gloriole / Haute à ne la pas toucher / Dont maint ciel se bariole / Avec les ors de coucher // Mais langoureusement longe / Comme de blanc linge ôté / Tel fugace oiseau si plonge / Exultatrice à côté // Dans l'onde toi devenue / Ta jubilation nue.

II

Indomptablement a dû / Comme mon espoir s'y lance / Éclater là-haut perdu / Avec furie et silence, // Voix étrangère au bosquet / Ou par nul écho suivie, / L'oiseau qu'on n'ouït jamais / Une autre fois en la vie. // Le hagard musicien, / Cela dans le doute expire / Si de mon sein pas du sien / A jailli le sanglot pire // Déchiré va-t-il entier / Rester sur quelque sentier !