Poesia kaiera
Stephane Mallarme
itzulpena: Josu Landa
Poesia kaiera
Stephane Mallarme
itzulpena: Josu Landa
2016, poesia
64 orrialde
978-84-92468-89-8
Stephane Mallarme
1842-1898
 
 

 

 

Bere azazkal puruek goian dute onixa,

Larrimina, gauerdiz, zuziez argitua,

arrats-amets ugari errea da Fenixa,

hil-hautsezko anforaz ez dago hornitua.

 

Saloi hutseko holtzetan ez da ageri ptyxa,

hustasun ozeneko apaintza abolitua,

(objektu soil horretan Hutsak du ondra aixa,

Nagusia Estigian da negarrez blaitua).

 

Ipar libroz, urre bat, leiho-sare irian,

agian dekoratu horretan hilzorian,

adarbakar putarka ninfaren kontra sua,

 

hura, aldiz, mirailez hilik biluzgorrian,

lotzen da koadroaren ahanztura itsuan

tanpez zazpikoaren dirdiraren gorian.

 

Ses purs ongles très haut dédiant leur onyx, / L'Angoisse, ce minuit, soutient, lampadophore, / Maint rêve vespéral brûlé par le Phénix / Que ne recueille pas de cinéraire amphore // Sur les crédences, au salon vide : nul ptyx, / Aboli bibelot d'inanité sonore, / (Car le Maître est allé puiser des pleurs au Styx / Avec ce seul objet dont le Néant s'honore.) // Mais proche la croisée au nord vacante, un or / Agonise selon peut-être le décor / Des licornes ruant du feu contre une nixe, // Elle, défunte nue en le miroir, encor / Que, dans l'oubli fermé par le cadre, se fixe / De scintillation sitôt le septuor.