Poesia kaiera
Stephane Mallarme
itzulpena: Josu Landa
Poesia kaiera
Stephane Mallarme
itzulpena: Josu Landa
2016, poesia
64 orrialde
978-84-92468-89-8
Stephane Mallarme
1842-1898
 
 

 

Des Esseintes-entzako prosa

 

Nire oroimenean erori

ezin duzu, hiperbolea!

burdinaz jantzitako hori

sorgin liburua ote da:

 

Ipintzen dut, zientziapean,

bihotz erneen eresia

nire pairuaren lanean,

atlas, erritu, belardia.

 

Gure bisaia promenatuz

(biga izan ginen, degit zin)

bazterrak oro liluratuz,

arreba, zure xarmen adin.

 

Uher da larderia aroa,

zio gabeko zergatia,

inkontzientzia oparoak

sakontzen duen eguerdia.

 

Ehun ortzadarren guneak,

haiek behar dute baieztu,

uda tronpetaren urrea

aipu duen izenik ez du.

 

Irla horri aireak dio

bista kargatzen, mira gabe,

loreak zabalik jario,

guretzat guztiz oharkabe.

 

Hain baitziren neurrigabeak,

nor bedera zen panpinatu,

inguru argiko hutsarteak

loreez zituen banatu.

 

Irrits luzeko aintza, Ideiak

hagitz ari nintzen bizkortuz,

irisatu denen ezteiak

eginbide berrira sortuz.

 

Arreba zentzudun samurrak

ez zuen irriaz harago

behatu, hura entzun makurraz

antzinako arduraz nago.

 

Liskar Gogoa ohar hadi,

orain isiltzen garenean,

hazkuntza dela lasterregi

lili anitzen kirtenean.

 

Hegiaren negarraz beste,

gezurrezko jolas artean,

hedadurak dezan berreste

nire estonamendu gaztean.

 

Amaigabeko zeru-mapak,

oinak ditut haien peskizan,

urrun dio uhin apartak

lurralde hau ez zela izan.

 

Haurrak estasiari uko;

jakintsu baita bidaietan

Anastase! hitzaz da sortuko

pergamino eternaletan.

 

Hobiak irri egin gabe,

girorik kanpo, aitasoa,

Pulcherie! izenaren jabe,

gladiolo erraldoian lausoa.

 

Prose pour Des Esseintes

Hyperbole ! de ma mémoire / Triomphalement ne sais-tu / Te lever, aujourd'hui grimoire / Dans un livre de fer vêtu : // Car j'installe, par la science, / L'hymne des cœurs spirituels / En l'œuvre de ma patience, / Atlas, herbiers et rituels. // Nous promenions notre visage / (Nous fûmes deux, je le,maintiens) / Sur maints charmes de paysage, / O sœur, y comparant les tiens. // L'ère d'autorité se trouble / Lorsque, sans nul motif, on dit / De ce midi que notre double / Inconscience approfondit // Que, sol des cent iris, son site, / Ils savent s'il a bien été, / Ne porte pas de nom que cite / L'or de la trompette d'Été. // Oui, dans une ile que l'air charge / De vue et non de visions / Toute fleur s'étalait plus large / Sans que nous en devisions. // Telles, immenses, que chacune / Ordinariement se para / D'un lucide contour, lacune, / Qui des jardins la sépara. // Gloire du long désir, Idées / Tout en moi s'exaltait de voir / La famille des iridées / Surgir à ce nouveau devoir, // Mais cette soeur sensée et tendre / Ne porta son regard plus loin / Que sourire et, comme à l'entendre / J'occupe mon antique soin. // Oh ! sache l'Esprit de litige, / A cette heure où nous nous taisons, / Que de lis multiples la tige / Grandissait trop pour nos raisons // Et non comme pleure la rive, / Quand son jeu monotone ment / A vouloir que l'ampleur arrive / Parmi mon jeune étonnement // D'ouïr tout le ciel et la carte / Sans fin attestés sur mes pas, / Par le flot même qui s'écarte, / Que ce pays n'exista pas. // L'enfant abdique son extase / Et docte déjà par chemins / Elle dit le mot : Anastase ! / Né pour d'éternels parchemins, // Avant qu'un sépulcre ne rie / Sous aucun climat, son aïeul, / De porter ce nom : Pulchérie ! / Caché par le trop grand glaïeul.