Poesia kaiera
Stephane Mallarme
itzulpena: Josu Landa
Poesia kaiera
Stephane Mallarme
itzulpena: Josu Landa
2016, poesia
64 orrialde
978-84-92468-89-8
Stephane Mallarme
1842-1898
 
 

 

Ehortziari topa

 

                           Theophile Gautier-i

 

O gure loriaren, zu, herio ikurra!

 

Eroaren xurgatze zurpailaren agurra,

ez dut korridoreko esperantza magikoz

urre munstroa pairuz den kopa eskainiko!

Zure agerpen hori ez zait izanen aski:

porfirozko tokian jarri zintudan, naski.

Eskuen errituz dut behar zuzia eraitsi

hilobiko ateen metal lodien aitzi:

Ezin saihets, izan naiz festako hautetsia

poetaren absentzia kantatzeko etsian.

Oroitarri eder honek gakotzen baitu guztiz.

Ofizioaren aintza hain goria ez balitz,

errautsaren tenore zital eta berdina,

jautsiz harro den gaua pizten duen berinak

itzultzen du heriozko eki hutsaren sura!

 

Giza sasi urguilua iraitziz du herstura,

hortaz dugu lorios, guztizko, bakartia.

Jendetza urduriak du jada iragarria:

geroko espektroen ilun tristea gara.

Doluen armarria murru hutsetan barna,

malkoaren laztasun argiaz naiz gogaitu,

bertso sakratu honek ikaratu ez baitu

pasaiantetako bat, fier, mutu eta itsu,

zaio ehortzi-oihal lausoari abegitsu,

heroi birjina dugu hilondoko peskizan.

Hitz isilak hirazko haizean dira arizan,

lanbro metak ekarri duen leize zabala,

hutsak Pertsona zuen abolitu behiala:

“o zu, Lurra ote zara, zerumugen gomuta?”

ametsa orroaz; bozak, argia mudatuta,

tokian jostailutzat heiagora: “Ez dakit!”

 

Nagusiak, urratsaz, begiaren barnatik,

Edenaren mirari inkieta du jabaldu,

azken dartak, boz soilez, iratzartzen ahal du

Arrosa-Lilientzat izen misterioa.

Halabehar honetan zerbait joanki doa?

O zuek, ezazue ahantz uste goibela.

Itzal gabeko jeinu amaigabe itzela.

Nik, ikusi nahi nuke, zure desiren grinaz,

atzo alditxartua, astro horren jardinaz

emana izan zaigun eginbide idealean,

hondamen trankilaren ondraz iraun ahalean

hitzezko airean den hotsandiko asaldura,

kaliza handi argia, mozkorrezko purpura,

euri eta diamante, begirada gardena

han da, zimelgaitz diren loreetan barrena,

ordu eta egunaren errainuan bakartuz!

Zinezko oihanttoetan egonaldia hartuz,

poeta han da keinu zabal eta apalaz,

bere kargaren etsai, loa dezan galaraz:

bere pausa burgoian ez ahal ditzan goiz-albak

heriotza zaharrez, Gautierrek bezala,

begi sainduak hetsi eta isilik jarri,

jalgi dadin, mendeko bidexka apaingarri,

mingarri oro datzan hobi sendoarena,

gau indartsua eta isiltasun zekena.

 

Toast funèbre

à Theophile Gautier // O de notre bonheur, toi, le fatal emblème ! // Salut de la démence et libation blême, / Ne crois pas qu'au magique espoir du corridor / J'offre ma coupe vide où souffre un monstre d'or ! / Ton apparition ne va pas me suffire : / Car je t'ai mis, moi-même, en un lieu de porphyre. / Le rite est pour les mains d'éteindre le flambeau / Contre le fer épais des portes du tombeau : / Et l'on ignore mal, élu pour notre fête / Très simple de chanter l'absence du poète, / Que ce beau monument l'enferme tout entier. / Si ce n'est que la gloire ardente du métier, / Jusqu'à l'heure commune et vile de la cendre, / Par le carreau qu'allume un soir fier d'y descendre, / Retourne vers les feux du pur soleil mortel ! // Magnifique, total et solitaire, tel / Tremble de s'exhaler le faux orgueil des hommes. / Cette foule hagarde ! elle annonce : Nous sommes / La triste opacité de nos spectres futurs. / Mais le blason des deuils épars sur de vains murs / J'ai méprisé l'horreur lucide d'une larme, / Quand, sour même à mon vers sacré qui ne l'alarme / Quelqu'un de ces passants, fier, aveugle et muet, / Hôte de son linceul vague, se transmuait / En le vierge héros de l'attente posthume. / Vaste gouffre apporté dans l'amas de la brume / Par l'irascible vent des mots qu'il n'a pas dits, / Le néant à cet Homme aboli de jadis : / « Souvenirs d'horizons, qu'est-ce, ô toi, que la Terre ? » / Hurle ce songe ; et, voix dont la clarté s'altère, / L'espace a pour jouet le cri : « Je ne sais pas ! » // Le Maître, par un oeil profond, a, sur ses pas, / Apaisé de l'éden l'inquiète merveille / Dont le frisson final, dans sa voix seule, éveille / Pour la Rose et le Lys le mystère d'un nom. / Est-il de ce destin rien qui demeure, non ? / O vous tous, oubliez une croyance sombre. / Le splendide génie éternel n'a pas d'ombre. / Moi, de votre désir soucieux, je veux voir, / A qui s'évanouit, hier, dans le devoir / Idéal que nous font les jardins de cet astre, / Survivre pour l'honneur du tranquille désastre / Une agitation solennelle par l'air / De paroles, pourpre ivre et grand calice clair, / Que, pluie et diamant, le regard diaphane / Reste là sur ces fleurs dont nulle ne se fane, / Isole parmi l'heure et le rayon du jour ! / C'est de nos vrais bosquets déjà tout le séjour, / Où le poëte pur a pour geste humble et large / De l'interdire au rêve, ennemi de sa charge : / Afin que le matin de son repos altier, / Quand la mort ancienne et comme pour Gautier / De n'ouvrir pas les yeux sacrés et de se taire, / Surgisse, de l'allée ornement tributaire, / Le sépulcre solide où gît tout ce qui nuit, / Et l'avare silence et la massive nuit.