Poesia kaiera
Stephane Mallarme
itzulpena: Josu Landa
Poesia kaiera
Stephane Mallarme
itzulpena: Josu Landa
2016, poesia
64 orrialde
978-84-92468-89-8
Stephane Mallarme
1842-1898
 
 

 

Zoritxarra

 

Pertsonen azienda zozotuaren gainez

zeruen eskaleen kima salbaiak ziren

argiduraz jauzitan, gure bidean oinez.

 

Ibilbide bandera gisa zabaltzen diren

haize beltzek zauritzen zuten mamian hotzez,

orga hatz suminkorrak ildoz ziren ediren.

 

Itsasoa atzera aurkitzeko bihotzez,

ogi gabe zebiltzan, faltan kutxa, pegarra,

ideal saminaren urre limoia hortzez.

 

Gehientsuenek gaueko desfileetan marmarra,

odol fluxua ikusiz loriazko mozkorrak,

o, Heriotza, aho murritzen pot bakarra!

 

Porrota ekarri dien aingeru oldarkorra

zeruan zutik datza ezpataren ahoan:

bular eskerdunean gatzatuz gorrindola.

 

Mina edoski dute ametsen gisakoa,

negar atsegaleen erritmoa oinarri,

ama gora, herria belauniko badoa.

 

Kontsolatuak dira, ziur eta goigarri;

bazter utzi dituzte ehun kide trufatu,

mentura bihurrien martiri irrigarri.

 

Negar gatzak mazela gozoak ditu higatu,

amodio berberaz errautsa dute jaten,

destinoak jostakin-arrunt ditu zafratu.

 

Atabalak bezala kitzikatzen ahal zuten

boz hitseko arrazen zurikeri gupida

kidea sai gabeko Prometeo bailuten!

 

Ez, purtzil eta mortu idorren zale dira,

dabiltza amorruzko jaunaren zigorpean,

Zoritxarrak dakartza irriak belaunbira.

 

Maitaleok, zortea duzue hanka gainean!

bi igerilari zuriz lohi blokea uzten du,

uharrez at zaituzte murgildu istilean.

 

Hartaz, tutu bitxia badu hatsez kemendu,

haurrek, eskuz ipurdi, txarangaren tankeran,

lehertuko gaituzte, irria ezin atzendu.

 

Hartaz, bular zimela apaintzen duen eran

berpizten du arrosak ezkon adinarekin,

lerdearen distira sorta kondenaberan.

 

Hezurdura nanoa, luma-bonetarekin,

botadun, zinezko har-ilea galtzarbean,

haientzat den laztura amaigabearekin.

 

Laidoturik, gaiztoa zirikatu gabean,

ilargi izpiaz jarrai aizto marrantatuak,

hezurretan elurrez, aldez alde barnean.

 

Tamal-sagaratzailez apal desolatuak,

triste dira mokoka hezurren mendekari,

aiherraren ordezko herra desiratuak.

 

Haiez jostatzen dira zenbait eskujokari,

kasta zaharrekoak, putak eta haur tzarrak,

pitxerrak hustu ondoan zarpailak dantzan ari.

 

Poeta onek amoina eta mendeku garraz,

jainko apalen gaitzari ezin eman arreta,

izenez unagarri eta ergel samarrak.

 

“Eskapatzen ahal dira balentriez aseta,

”ekaitz arrapo diren zalditxoen moduko

”lauhazka korazatuz abiatu ezin eta.

 

”Festan garailea guk intsentsuz mozkortuko:

”gorriminez jantzita dituzte haiek trapuak,

”bufoi-jokalariok, preso dituzte hartuko!”.

 

Parean dizkiete aurtiki nardaz tuak,

zozo eta ahapeka ostots dute galdatu,

heroiak, lazeria jostariz nazkatuak,

 

irrigarriki dira kaleargian urkatu.

 

Le guignon

Au-Dessus du bétail ahuri des humains / Bondissaient en clartés les sauvages crinières / Des mendieurs d'azur le pied dans nos chemins. // Un noir vent sur leur marché éployé pour bannières / La flagellait de froid tel jusque dans la chair, / Qu'il y creusait aussi d'irritables ornières. // Toujours avec l'espoir de rencontrer la mer, / Ils voyageaient sans pain, sans bâtons et sans urnes, / Mordant au citron d'or de l'idéal amer. // La plupart râla dans les défilés nocturnes, / S'enivrant du bonheur de voir couler son sang, / O Mort le seul baiser aux bouches taciturnes ! // Leur défaite, c'est par un ange très puissant / Debout à l'horizon dans le nu de son glaive : / Une pourpre se caille' au sein reconnaisant. // Ils tètent la douleur comme ils tétaient le rêve / Et quand ils vont rythmant des pleurs voluptueux / Le peuple s'agenouille et leur mère se lève. // Ceux-là sont consolés, sûrs et majestueux ; / Mais traînent à leurs pas cent frères qu'on bafoue, / Dérisoires martyrs de hasards tortueux. // Le sel pareil des pleurs ronge leur douce joue, / Ils mangent de la cendre avec le même amour, / Mais vulgaire ou bouffon le destin qui les roue. // Ils pouvaient exciter aussi comme un tambour / La servile pitié des races à voix ternes, / Égaux de Prométhée à qui manque un vautourl // Non, vils et fréquentant les déserts sans citerne, / Ils courent sous le fouet d'un monarque rageur, / Le Guignon, dont le rire inouï les prosterne. // Amants, il saute en croupe à trois, le partageur ! / Puis le torrent franchi, vous plonge en une mare / Et laisse un bloc boueux du blanc couple nageur. // Grâce à lui, si l'un souffle à son buccin bizarre, / Des enfants nous tordront en un rire obstiné / Qui, le poing à leur cul, singeront sa fanfare. // Grâce à lui, si l'urne orne à point un sein fané / Par une rose qui nubile le rallume, / De la bave luira sur son bouquet damné. // Et ce squelette nain, coiffé d'un feutre à plume / Et botté, dont l'aisselle a pour poils vrais des vers, / Est pour eux l'infini de la vaste amertume. // Vexés ne vont-ils pas provoquer le pervers, / Leur rapière grinçant suit le rayon de lune / Qui neige en sa carcasse et qui passe au travers. // Désolés sans l'orgueil qui sacre l'infortune, / Et tristes de venger leurs os de coups de bec, / Ils convoitent la haine, au lieu de la rancune. // Ils sont l'amusement des racleurs de rebec, / Des marmots, des putains et de la vieille engeance / Des loqueteux dansant quand le broc est à sec. // Les poëtes bons pour l'aumône ou la vengeance, / Ne connaissant le mal de ces dieux effacés, / Les disent ennuyeux et sans intelligence. // « Ils peuvent fuir ayant de chaque exploit assez, / » Comme un vierge cheval écume de tempête / » Plutôt que de partir en galops cuirassés. // » Nous soûlerons d'encens le vainqueur dans la fête : / » Mais eux, pourquoi n'endosser pas, ces baladins, / » D'écarlate haillon hurlant que l'on s'arrête ! » // Quand en face tous leur ont craché les dédains, / Nuls et la barbe à mots bas priant le tonnerre, / Ces héros excédés de malaises badins // Vont ridiculement se pendre au réverbère.