Poesia kaiera
Stephane Mallarme
itzulpena: Josu Landa
Poesia kaiera
Stephane Mallarme
itzulpena: Josu Landa
2016, poesia
64 orrialde
978-84-92468-89-8
Stephane Mallarme
1842-1898
 
 

 

Herodias

 

I. Herodiasen obertura zaharra

Inudea

 

       (Inkantazioa)

 

Deusez da, istilean haien hego afrusak

hango malkoak miraz nola urre biluzak

gorriari zaizkion ari zafra dorpean,

gure errautsezko eta oparizko dorrea

hauta du Goiz-argiak, armarri hegalduna,

hobi pisutik ihes txori ederrek, luma

beltz hutsalen apeta bakarraz goiz-argian...

A! herri apaldu eta tristeak jauregian!

Plisti-plastarik ez da! Etsitzen da ur hitsa,

zisne ahantzezinak edo lumak bisita

egingo ote dioten: udazkeneko utziak

uretan itzali du miraileko zuzia:

mausoleo zurbilez gaindi zisnea doa

han lumak du murgildu burua, han hondoa

izar baten diamante aratzaren arrazoiz,

nahiz aurreko izar hura ez zen dirdaitu inoiz.

Krimena! sua! argi-haste lehengoa! estira!

Zeru baten purpura konplizezko aintzira!

Gorrizkoen gainean, zabal, hona bitraila.

 

Ganbera berezia koadro batez, bataila

askoko mendez lepo, urre-ontzi urtuak,

tindu zahartzat dauka behiala elurtua,

bere tapizeria, nakarrezko distiraz,

beren azazkal zaharra Magoentzat desiraz

sibilek ehortzirik begidun plegu alferrak.

Haietako bat, adar izanari eskerrak,

boli hetsiak zuritu duen nire janzturan,

zilar beltzaren zirtez den hegazti-zerura

itxuraz hegan doa mozorroz eta mamu,

baltsamua baitakar, o arrosak! baltsamu,

kandela ufatu peko ohe hutsetik hara,

urre hotzeko lurrina zakuan jiraka da,

lilien ahurtara ilargiari uko

(ezko iraungian lehen hostoa da galduko),

haren zurtoinak eta haren dolu luzeak

edontzi bakarrean malin dirdaiz hezeak.

Argi-haste hegatsak malkoetan herrestan!

 

Itzal magialaria sinbolozko xarmetan!

Ahots bat, iraganaz ebokazio luzea,

inkantaziorako prest den nirea dea?

Gogoetaren plegu horixketan nehola

herrestan, zaharra, izar intsentsuduna nola,

zaintza hoztuen meta ilunaren gainetik,

bere zulo zahar eta plegu zurrunetatik,

bere erritmoz eta dentela garbiz zila,

hil-oihalak baimena etsiz igo dadila

ehun ederretatik distira zahar kukua

gorantz: (o zein urruna deiotan ezkutua!)

Distira zaharra gorri ezohikoen babesaz,

kide gabeko ahots langitua, deuseza,

botako ahal du urrea bere azken dirdirez,

hark, oraino, antifona baitu bertset desirez,

hileta gudu eta agonien tenorez!

Ilunpe beltzen eta isilaren adorez

dena ere itzultzen da iragan zaharrera,

fatidiko, garaitu, nekez, beti-berera,

urmael zaharretako ur etsia dirudi.

 

Kantatu du, noiztenka funsgabeko, irudi

auhengarria!

                  ohean orriak pergaminoz,

hain alfer eta hetsia, ez da egina lihoz!

plegu ametsez ez da magiatan kario,

ezta muare mortuan sabai hobi-jario,

lokartu ilearen lurrina. Ba al zuen?

Ume hotz, plazer soilez, gordetzen ahal zuen

bere ibilaldia, lili goizalde izoztuz,

arrats tzarrak mingranak zituelarik moztu!

Ilargi adarra, burdin esferan den bakana,

erlojuan, Luzifer dilin pisu daukana,

beti zaurigarria, beti beste orena,

klepsidran negarrezko tanta goibelarena,

bazter, alderrai dabil, bere itzal lausoan

aingeru bat lagun du ezkutuko pausoan!

Errege ordaintzaileak horretaz deus ez daki

aspalditik eztarri zaharra idorra izaki.

Aitak ez daki hori, armetako burdina

islatzen duen glaziar basaz ere ezjakina,

enigmatikoa den, erretxinaz kinoka,

kutxa gabeko hilen mulkoan ditu opa

zilar ilun tronpetak izai zaharretarako!

Zisalpinoetatik noiz itzuli ahalko!

Aski goiz? Dena baita lokamuts eta lorratz!

Azazkalean zeina doan beiretan gorantz

tronpeten oroipenez, zeru zaharrean kalda,

atzamar bat kandela jelosa dezan alda.

Ilunabar tristeko bere gorria abian

gorputzaz sartuko da apaldu argizarian!

Ez ilunabarrezko, bai argi-haste gorrizko,

azken egunekoa non oro den guztizko,

ez zen jakina ordua, triste borrokalari,

aro profetikoa gorriz negarrez ari

haurraz, bihotz baliosa hartua du erbeste

zisne zaharrak hegatsa hartua bezainbeste,

hegatsean begiak gordeta, izandako

hegatsaren larriaz, bere peskizetako

xendra eternalean, dirdaiz etsi izarren

diamante hautatuei begi ematearren.

 

 

II. Eszena

Inudea - Herodias

 

I.  Hemen zara! Printzesa-mamua dut ikusi?

     Zure hatz-eraztunak nire ezpainetan, utzi

     adin ez-jakinean ibiltzeari...

H.                                          Utikan.

     Nire ile aratzen uhar horiz tilikan

     soin bakartia hozten zait izu-laborriaz,

     eta nire adatsa, argizko lokarriaz,

     hilezin da. O andrea, hil nazake laztanak

     edertasuna ez balitz hiltzea...

                                                Eramana

     nau xarmak, isuria profeten goiz ahantziak,

     hilzorizko urrunetan jai pozez erantziak,

     ote dakit? hemen naiz, inude negukoa,

     harri-burdin kartzela sortaren manukoa,

     han nire lehoi zaharrak basa mendez ahala,

     sartu eta banindoan, esku onik, fatala,

     lehengo errege-erreginen lurrin bizigabean:

     nire ikarak ikusi al dituzu artean?

     Erbestea dut amets, eta babesten nauen

     urmael iturrian, nire lili hits hauen

     hostoak ditut kentzen, hondakin higatuak

     behatzearen minez, dira beheratuak

     lehoiak, isilean, nire ametserian,

     nire janzkitik dute ilki nagikeria,

     itsas sosegagarri diren nire oinei beha.

     Zure haragi zaharren dardarak beheiti behar,

     eta adatsen beldurrez zaituzten forma basak

     imitatuko ditu nire ileak demasaz,

     lagundu, ni ikustera ez zarenez ausartu,

     mirailean poliki nazazu orraztatu.

I.  Botila itxietako mirra alaia ez bada,

     arrosen zaharrari ostu lurrin bafadaz,

     herio bertutea nahi duzu, nire umea,

     probatu?

H.              Utzi usainak, badakizu, inudea,

     gorroto ditudala; zuk nahi senti dezadan

     nire buru ahulduan horditze betekada?

     Nire adatsa urrea izan dadin nuke nahi,

     ez pertsonen saminen ahanzturen hedagai

     den lorea, betiko belar onez birjina,

     metalaren hoztasun antzuei so egina,

     dirdira krudeletan eta zuhail hiletan,

     zu islatua zara, sortze murru joietan,

     haurtzaro bakartiaz geroko armak, kopak.

I.  Barka! erregina, adinak zure aldez oztopa,

     liburu zahar-beltzaren gisa arima dut uzkail...

H.  Aski! Nire aurrean eutsi miraila,

                                                  o mirail!

     Ur hotza zure koadro izoztuz unatua,

     zenbat alditan, zenbat orenez, penatua

     ametsez, zilo barnan izozpeko orriak

     bezala xerkan ditut nire oroigarriak,

     zugan agertu nintzen itzal urrunen moldez,

     baina, ondikoz! arratsez, zure iturrien oldez

     nire amets argalean biluza dut begiaz!

     Inudea, eder naiz?

I.                              Astroa zara, egiaz,

     baina ilea erori...

H.                          Geldi zure krimena

     bere iturrirantz baitut odoletan hotzena,

     keinua itoz, bekatu famatua: a! hitzera

     zein deabru ziurrak zaitu pilpira hitsera

     jaurti, musura, present lurrinera, badakit?

     O bihotza, esku hau, sakrilegioa oraindik,

     ustez ni ukitu nahiz, denak dira orena,

     dorrean malur gabe bururatuko ez dena.

     Herodiasek une izuz begiratua!

I.  Garai bitxian zara zeruak libratua!

     Noraezean zabiltza, itzal bakar, furia min,

     zure buru goiztiarra miran izuarekin;

     hilezina bezainbat maitagarri betiro,

     o nire ume, eta ederra itsuskiro,

     eta hainbat...

H.                      Ez nauzu ukituko?

I.                                                Patuak

     zure gordeak nigan balitu gauzatuak!

H.  O! Ixo!

I.            Helduko da?

H.                              Argizagi puruak,

     Ez entzun!

I.                  Nolaz, ilun lazturen inguruan,

     are bihozgabea den zerbait amets egin,

     nolaz, zure graziaz jainkoari galdegin

     espero den altxorra! Norentzat da utzia

     hersturek hurrupatu distira ez-ikusia

     eta zure izanaren ilun hutsa?

H.                                            Neuretzat.

I.  Lore ituna, bakarrik hazi eta hunkipentzat

     nagi uretan dakusan bere itzala daukala.

H.  Zoaz, gupida gorde ironia bezala.

I.  Errazu hala ere: o! ez, gaixo umea,

     noizko arbuio harroa jaitsiko den unea.

H.  Lehoiek zaintzen naute, zeinek ukituko nau?

     Ez da giza arrastorik, eskultura naiz nerau,

     begiak badizkizut paradisuan galdu,

     inoiz zugandik hartu esnea zait ernaldu.

I.  Patuari emaniko biktima minkortua!

H.  Neu-neuretzat natzaizu loraz, basamortua!

     Badakizue, leize jakintsu itsutuan,

     ametista jardinok, amaigabe ezkutuan,

     urre ezezagunok, zuen argi zaharra

     lehen lurraren itzal-loan gorde beharra,

     zuok, bitxi hutsetan argi eztigarria

     begietan mailegu didazuen harriak,

     eta zuok metalok, nire adats gazteari

     urrats gotorra, eder fatala ematen ari.

     Zu, mende gaiztoetan jaiotako andere,

     kobazulo ilunen amarrurako ere,

     hilkorraz mintzo zara! Plazer basen lurrina,

     janzki kalizetatik biluz taupa irina

     sortuko zait hilkorrak berak dioen gisa,

     uda zeru epelean, dezazun profetiza,

     non berez emazteak duen burua agertzen,

     han nire izar dirdiren lotsan bainau aztertzen,

     hiltzen naiz!

                      Birjinaren izua maitez eta

     bizi nahi dut ileek sortutako ikaretan,

     arratsean, narrasti bortxatu gabekoa,

     ohean naiz sentituz, haragi alferrekoa,

     zure argi baxuen izarniatzeen hotza,

     zu kastitatearen garretan, zu hilotza,

     izotzez eta elur krudelez gau argia!

     Nire ahizpa eternala, zurea bakartia,

     lehenerantz da goiti nire ametsa: ni hala,

     bihotz sortzailearen gardentasun argala,

     betiko aberrian naiz ustez guztiz bereizi

     eta guztia, nire inguruan, da bizi

     diamante so garbian lasai lotien barna

     Herodias isla den mirailen idolatra..

     O xarma azkena, bai! sendi dut, naiz bakarrik.

I.  Andere, hilko zara?

H.                              Ez, atso errukarri,

     lasai, hastandu zaitez, barka bihotz gogorra,

     baina aurrez, nahi baduzu, irriz leiho sarkorraz

     zeru serafikoa, hets itzazu berinak,

     Eta hastio dut, nik, zeru ederra!

                                                  Uhinak

     kulunkan dira, urrun; herria non ote da,

     Venusen aiher begiz han da zeru okerra,

     arratsaren hostailan erreta Venus bera:

     harantz ni.

                     Zuk erranen umekeria dela

     baina piztu zuziak, sutxoz ezkoak dezan

     arrotz negarra egin urre hutsean zehar

     eta...

I.          Orain?

H.                  Aio.

                            Nire ezpainen lore puru,

     gezur diozu.

                       Gauza gordearen aiduru

     edo, zure oihu eta misteriotik lekora,

     haurtzaroko hipa goi-ubelduak albora

     itzazu, haurrak sendi baitu amets muinean

     harribitxi hotzetatik aske dela finean.

 

 

III. San Joanesen kantika

 

Pausa asaldagarriaz

ekia da jarria

berriz da eroria

      gori-goria

 

Ornoetan dut sendi

ilunen hedamendi

denak dira sukarrez

      soinu bakarrez

 

Burua dut jaurtia

zaindari bakartia

sega honen hegaldi

      garailez gaindi

 

Haustura garbiz ditu

gibelera suntsitu

gorputzaren liskarrak

      zahar-zaharrak

 

Barauz da hura mozkor

lotzen zaio egoskor

galduan jauzilari

      so garbiari

 

Pairaezin goian hura

betiereko hoztura

zaitezten goitiarrak

      zuek glaziarrak

 

Makurtuz salbatu nau

hauta ninduen arau

berak argiaz bete

      bataio legez

 

Hérodiade

I. Ouverture ancienne d'Hérodiade

La Nourrice // (Incantation) // Abolie, et son aile affreuse dans les larmes / Du bassin, aboli, qui mire les alarmes, / Des ors nus fustigeant l'espace cramoisi, / Une Aurore a, plumage héraldique, choisi / Notre tour cinéraire et sacrificatrice, / Lourde tombe qu'a fuie un bel oiseau, caprice / Solitaire d'aurore au vain plumage noir... / Ah ! des pays déchus et tristes le manoir ! / Pas de clapotement ! L'eau morne se résigne, / Que ne visite plus la plume ni le cygne / Inoubliable : l'eau reflète l'abandon / De l'automne éteignant en elle son brandon : / Du cygne quand parmi le pâle mausolée / Ou la plume plongea la tête, désolée / Par le diamant pur de quelque étoile, mais / Antérieure, qui ne scintilla jamais. / Crime ! bûcher ! aurore anciene ! supplice ! / Pourpre d'un ciel ! Étang de la pourpre complice ! / Et sur les incarnats, grand ouvert, ce vitrail. // La chambre singulière en un cadre, attirail / De siècle belliqueux, orfèvrerie éteinte, / A le neigeux jadis pour ancienne teinte, / Et sa tapisserie, au lustre nacré, plis / Inutiles avec les yeux ensevelis / De sibylles offrant leur ongle vieil aux Mages. / Une d'elles, avec un passé de ramages / Sur ma robe blanchie en l'ivoire fermé / Au ciel d'oiseaux parmi l'argent noir parsemé, / Semble, de vols partir costumée et fantôme, / Un arôme qui porte, ô roses ! un arome, / Loin du lit vide qu'un cierge soufflé cachait, / Un arôme d'ors froids rôdant sur le sachet, / Une touffe de fleurs parjures à la lune / (A la cire expirée encor s'effeuille l'une), / De qui le long regret et les tiges de qui / Trempent en un seul verre à l'éclat alangui. / Une Aurore traînait ses ailes dans les larmes ! // Ombre magicienne aux symboliques charmes ! / Une voix, du passé longue évocation, / Est-ce la mienne prête à l'incantation ? / Encore dans les plis jaunes de la pensée / Traînant, antique, ainsi qu'une étoile encensée / Sur un confus amas d'ostensoirs refroidis, / Par les trous anciens et par les plis roidis / Percés selon le rythme et les dentelles pures / Du suaire laissant par ses belles guipures / Désespéré monter le vieil éclat voilé / S'élève : (ô quel lointain en ces appels celé !) / Le vieil éclat voilé du vermeil insolite, / De la voix languissant, nulle, sans acolyte, / Jettera-t-il son or par dernières splendeurs, / Elle, encore, l'antienne aux versets demandeurs, / A l'heure d'agonie et de luttes funèbres ! / Et, force du silence et des noires ténèbres / Tout rentre également en l'ancien passé, / Fatidique, vaincu, monotone, lassé, / Comme l'eau des bassins anciens se résigne. // Elle a chanté, parfois incohérente, signe / Lamentable ! / le lit aux pages de vélin, / Tel, inutile et si claustral, n'est pas le lin ! / Qui des rêves par plis n'a plus le cher grimoire, / Ni le dais sépulcral à la déserte moire, / Le parfum des cheveux endormis. L'avait-il ? / Froide enfant, de garder en son plaisir subtil / Au matin grelottant de fleurs, ses promenades, / Et quant le soir méchant a coupé les grenades ! / Le croissant, oui le seul est au cadran de fer / De l'horloge, pour poids suspendant Lucifer, / Toujours blesse, toujours une nouvelle heurée, / Par la clepsydre à la goutte obscure pleurée, / Que, délaissée, elle erre, et sur son ombre pas / Un ange accompagnant son indicible pas ! / Il ne sait pas cela le roi qui salarie / Depuis longtemps la gorge ancienne est tarie. / Son père ne sait pas cela, ni le glacier / Farouche reflétant de ses armes l'acier, / Quand sur un tas gisant de cadavres sans coffre / Odorant de résine, énigmatique, il offre / Ses trompettes d'argent obscur aux vieux sapins ! / Reviendra-t-il un jour des pays cisalpins ! / Assez tôt ? Car tout est présage et mauvais rêve ! / A l'ongle qui parmi le vitrage s'élève / Selon le souvenir des trompettes, le vieux / Ciel brûle, et change un doigt en un cierge envieux. / Et bientôt sa rougeur de triste crépuscule / Pénétrera du corps la cire qui recule ! / De crépuscule, non, mais de rouge lever, / Lever du jour dernier qui vient tout achever, / Si triste se débat, que l'on ne sait plus l'heure / La rougeur de ce temps prophétique qui pleure / Sur l'enfant, exilée en son cœur précieux / Comme un cygne cachant en sa plume ses yeux, / Comme les mit le vieux cygne en sa plume, allée / De la plume détresse, en l'éternelle allée / De ses espoirs, pour voir les diamants élus / D'une étoile mourante, et qui ne brille plus.

II. Scène

La Nourrice - Hérodiade / N. Tu vis ! ou vois-je ici l'ombre d'une princesse ? / A mes lèvres tes doigts et leurs bagues et cesse / De marcher dans un âge ignoré... / H. Reculez. / Le blond torrent de mes cheveux immaculés / Quand il baigne mon corps solitaire le glace / D'horreur, et mes cheveux que la lumière enlace / Sont immortels. O femme, un baiser me tûrait / Si la beauté n'était la mort... / Par quel attrait / Menée et quel matin oublié des prophètes / Verse, sur les lointains mourants, ses tristes fêtes, / Le sais-je ? tu m'as vue, ô nourrice d'hiver, / Sous la lourde prison de pierres et de fer / Où des mes vieux lions traînent les siècles fauves / Entrer, et je marchais, fatale, les mains sauves, / Dans le parfum désert de ces anciens rois : / Mais encore as-tu vu quels furent mes effrois ? / Je m'arrête rêvant aux exils, et j'effeuille, / Comme près d'un bassin dont le jet d'eau m'accueille, / Les pâles lys qui sont en moi, tandis qu'épris / De suivre du regard les languides débris / Descendre, à travers ma rêverie, en silence, / Les lions, de ma robe écartent l'indolence / Et regardent mes pieds qui calmeraient la mer. / Calme, toi, les frissons de ta sénile chair, / Viens et ma chevelure imitant les manières / Trop farouches qui font votre peur des crinières, / Aide-moi, puisqu'ainsi tu n'oses plus me voir, / A me peigner nonchalamment dans un miroir. / N. Sinon la myrrhe gaie en ses bouteilles closes, / De l'essence ravie aux vieillesses de roses, / Voulez-vous, mon enfant, essayer la vertu / Funèbre ? / H. Laisse là ces parfums ! ne sais-tu / Que je les hais, nourrice, et veux-tu que je sente / Leur ivresse noyer ma tête languissante ? / Je veux que mes cheveux qui ne sont pas des fleurs / A répandre l'oubli des humaines douleurs, / Mais de l'or, à jamais vierge des aromates, / Dans leurs éclairs cruels et dans leurs pâleurs mates, / Observent la froideur stérile du métal, / Vous ayant reflétés, joyaux du mur natal, / Armes, vases depuis ma solitaire enfance. / N. Pardon ! l'âge effaçait, reine, votre défense / De mon esprit pâli comme un vieux livre ou noir... / H. Assez ! Tiens devant moi ce miroir / O miroir ! / Eau froide par l'ennui dans ton cadre gelée / Que de fois et pendant des heures, désolée / Des songes et cherchant mes souvenirs qui sont / Comme des feuilles sous ta glace au trou profond, / Je m'apparus en toi comme une ombre lointaine, / Mais, horreur ! des soirs, dans ta sévère fontaine, / J'ai de mon rëve épars connu la nudité ! / Nourrice, suis-je belle ? / N. Un astre, en verité / Mais cette tresse tombe... / H. Arrête dans ton crime / Qui refroidit mon sang vers sa source, et réprime / Ce geste, impiété fameuse : ah ! conte-moi / Quel sûr démon te jette en le sinistre émoi, / Ce baiser, ces parfums offerts et, le dirai-je ? / O mon cœur, cette main encore sacrilège, / Car tu voulais, je crois, me toucher, sont un jour / Qui ne finira pas sans malheur sur la tour... / O jour qu'Hérodiade avec effroi regarde ! / N. Temps bizarre, en effet, de quoi le ciel vous garde ! / Vous errez, ombre seule et nouvelle fureur, / Et regardant en vous précoce avec terreur ; / Mais toujours adorable autant qu'une immortelle, / O mon enfant, et belle affreusement et telle / Que... / H. Mais n'allais-tu pas me toucher ? / N. ... J'aimerais / Être à qui le destin réserve vos secrets. / H. Oh ! tais-toi ! / N. Viendra-t-il parfois ? / H. Étoiles pures, / N'entendez pas ! / N. Comment, sinon parmi d'obscures / Épouvantes, songer plus implacable encor / Et comme suppliant le dieu que le trésor / De votre grâce attend ! et pour qui, dévorée / D'angoisse, gardez-vous la splendeur ignorée / Et le mystère vain de votre être ? / H. Pour moi. / N. Triste fleur qui croît seule et n'a pas d'autre émoi / Que son ombre dans l'eau vue avec atonie. / H. Va, garde ta pitié comme ton ironie. / N. Toutefois expliquez : oh ! non, naïve enfant, / Décroîta, quelque jour, ce dédain triomphant. / H. Mais qui me toucherait, des lions respectée ? / Du reste, je ne veux rien d'humain et, sculptée, / Si tu me vois les yeux perdus au paradis, / C'est quand je me souviens de ton lait bu jadis. / N. Victime lamentable à son destin offerte ! / H. Oui, c'est pour moi, pour moi, que te fleuris, déserte ! / Vous le savez, jardins d'améthyste, enfouis / Sans fins dans de savants abîmes éblouis, / Ors ignorés, gardant votre antique lumière / Sous le sombre sommeil d'une terre première, / Vous, pierres où mes yeux comme de purs bijoux / Empruntent leur clarté mélodieuse, et vous / Métaux qui donnez à ma jeune chevelure / Une splendeur fatale et sa massive allure ! / Quant à toi, femme née en des siècles malins / Pour la méchanceté des antres sibyllins, / Qui parles d'un mortel ! selon qui, des calices / De mes robes, arôme aux farouches délices, / Sortirait le frisson blanc de ma nudité, / Prophétise que si le tiède azur d'été, / Vers lui nativement la femme se dévoile, / Me voit dans ma pudeur grelottante d'étoile, / Je meurs ! / J'aime l'horreur d'être vierge et je veux / Vivre parmi l'effroi que me font mes cheveux / Pour, le soir, retirée en ma couche, reptile / Inviolé sentir en la chair inutile / Le froid scintillement de ta pâle clarté / Toi qui te meurs, toi qui brûles de chasteté, / Nuit blance de glaçons et de neige cruelle ! / Et ta sœur solitaire, ô ma sœur éternelle / Mon rêve montera vers toi : telle dejà, / Rare limpidité d'un cœur que li songea, / Je me crois seule en ma monotone patrie / Et tout, autour de moi, vit dans l'idolâtrie / D'un miroir qui reflète en son calme dormant / Hérodiade au clair regard de diamant... / O charme dernier, oui ! je le sens, je suis seule. / N. Madame, allez-vous donc mourir ? / H. Non, pauvre aïeule, / Sois calme et, t'éloignant, pardonne à ce cœur dur, / Mais avant, si tu veux, clos les volets, l'azur / Séraphique sourit dans les vitres profondes, / Et je déteste, moi, le bel azur ! / Des ondes / Se bercent et, là-bas, sais-tu pas un pays / Où le sinistre ciel ait les regards haïs / De Vénus qui, le soir, brûle dans le feuillage : / J'y partirais. / Allume encore, enfantillage / Dis-tu, ces flambeaux où la cire au feu léger / Pleure parmi l'or vain quelque pleur étranger / Et... / N. Maintenant ? / H. Adieu. / Vous mentez, ô fleur nue / De mes lèvres. / J'attends une chose inconnue / Ou peut-être, ignorant le mystère et vos cris, / Jetez-vous les sanglots suprêmes et meurtris / D'une enfance sentant parmi les rêveries / Se séparer enfin ses froides pierreries.

III. Cantique de Saint Jean

Le soleil que sa halte / Surnaturelle exalte / Aussitôt redescend / Incandescent // Je sens comme aux vertèbres / S'éployer des ténèbres / Toutes dans un frisson / A l'unisson // Et ma tête surgie / Solitaire vigie / Dans les volts triomphaux / De cette faux // Comme rupture franche / Plutôt refoule ou tranche / Les anciens désaccords / Avec le corps // Qu'elle de jeûnes ivre / S'opiniâtre à suivre / En quelque bond hagard / Son pur regard // Là-haut où la froidure / Éternelle n'endure / Que vous le surpassiez / Tous ô glaciers // Mais selon un baptême / Illuminée au même / Principe qui m'élut / Penche un salut.