Poesia kaiera
Stephane Mallarme
itzulpena: Josu Landa
Poesia kaiera
Stephane Mallarme
itzulpena: Josu Landa
2016, poesia
64 orrialde
978-84-92468-89-8
Stephane Mallarme
1842-1898
 
 

 

Udako tristura

 

Ekia, hondar gaineko burkide lokartua,

zure ileen urrean bainu goxoaz bero,

zure matela etsaian intsentsuz ihartua

maitezko edaria malkoekin du eho.

 

Distira zuri horren eztialdi aldagaitzak

—nire musu lotsorrok!— dizu erranarazi:

“Desertu zahar eta palmondo urosen zaintzak

momia izatea ohi digu galarazi!”

 

Baina adatsa duzu epeleko ibaia,

ezin kenduzko arima beldur gabe ito da ja,

bertan izanen duzu Ezdeus ezezaguna!

 

Betazal negarretan tindua dut janari,

zeruaren, harrien bihozgabetasuna

emanen ote dion jo duzun bihotzari.

 

Tristesse d'été

Le soleil, sur le sable, ô lutteuse endormie, / En l'or de tes cheveux chauffe un bain langoureux / Et, consumant l'encens sur ta joue ennemie, / Il mêle avec les pleurs un breuvage amoureux. // De ce blanc flamboiement l'immuable accalmie / T'a fait dire, attristée, ô mes baisers peureux, / « Nous ne serons jamais une seule momie / Sous l'antique désert et les palmiers heureux ! » // Mais ta chevelure est une rivière tiède, / Où noyer sans frissons l'âme qui nous obsède / Et trouver ce Néant que tu ne connais pas ! // Je goûterai le fard pleuré par tes paupières, / Pour voir s'il sait donner au cœur que tu frappas / L'insensibilité de l'azur et des pierres.