Poesia kaiera
Stephane Mallarme
itzulpena: Josu Landa
Poesia kaiera
Stephane Mallarme
itzulpena: Josu Landa
2016, poesia
64 orrialde
978-84-92468-89-8
Stephane Mallarme
1842-1898
 
 

 

Fauno baten arratsaldea

(Egloga)

 

          Faunoa:

Ninfok, nahi nituzke betikotu.

                                          Argi da,

haien gorri arinak airean du segida

amets lodietan lo.

                          Ametsa nuen plazer?

Nire dudak, gau zahar meta, egin du leher

mila aldaxka soilez, zinezko oihan beraz

iraunez, nire baita eskaintzen nuen, helas,

arrosen ments gorena nagusi dadin froga.

Hausnar dezagun...

                            zure zentzu bikainen opa

diruditenetz zure glosetako andereek!

Faunoa, lilura da begi beltz eta hozberez

ihesi, xahuenik, malko iturria nola:

bestea, hasperenez, diozu aurka zaiola

egun beroko haizea adatsean bezala?

Ezetz! joka goiz hotza beroz ito dezala

balditze geldi eta akigarrian gaindi,

xuxurlaz nire flautak urik ez du uzkaili

akordez bustitako basoan; haizea da

bi tutuez kanpotik jariatzen abiadan

euri idorrean hotsa hedatu aitzinago,

zimur mugiezinen zerumugetan dago

zerura berriz doan inspirazio hatsa,

zeina artifizial, bistan, jabal baitatza.

 

O, inta lasai baten hegi siziliarrak,

nire arrandiak eki minez suntsi beharrak,

pindar lili azpian, Tazito, konta ezazu:

Hemen moztu nituen jeinuaren kalamu

barne-hutsak; berdura urrunen urre hitsean,

iturburuei bere mahatsa eskaintzean,

zaflaka dabil pausuz abereen zuria:

preludio geldoan xaramela isuria,

naiadeen, ez zisneen, hegalaldia onik

edo murgil...

                      Geldirik, oren gorrixkaz gori

zio gabe elkarrekin ziztuz jalgi direnak,

tonu xerkan direnek desiratu himenak:

itzarriko ahal naiz kartsutasun lehenaz,

zutik eta bakarrik, argi-tirain behinenaz,

lili! zuetakoa banu lañotasuna.

 

Besterik da ezpainek hedatu huts leuna,

musua, ahapetik okerrak segurtatuz,

froga-birjina, nire kolkoak du bermatu

ausiki misteriosa, goi hortz batek sortua;

Aski! sekretuak du lagun mintzat hartua

zerupean ari den ihi biki-zabala:

mazelaren arrea bererantz daramala,

ametsez, solo luzez, ederra inguruetan

libertitzeko ustez, sasi nahasmenetan

harenaz eta gure ahaire sinesberaz;

berak amodioaren garaitasun berberaz

suntsitzen du bizkarrez ohiko den ametseta,

edo begi itxiez jarrai saihets hutsetan

lerro zaratatsu bat, alfer, beti-berdina.

 

Entsea zaitez, ihes-tresna, Sirinx gaizkina,

nire esperoan zauden lakuetan loratzen!

Ni, nire burrunbaz fier, jainkosez solastatzen

luzaz arituko naiz; jainkoeste pinturaz,

haien gerizan berriz edekiko zinturak:

Hala, mahatsetatik argia xurgatuta,

nire alegiaz kanpo den pena uxatuta,

udako zerurantz dut, irrikor, mulko hutsa

eta, hordi-egarriz, argi-larruan putza,

gaua heldu artean trabes behatzen ari.

 

O ninfok, pitz ditzagun oroitzapen ugari.

Nire begiz jo ditut lepo hilezin guztiak,

ihiak zilaturik, errea itoz bustian

basoko zeruari amorru-heiagoraz;

biloen bainu ederra ostendu da lekora

argi eta dardarez, o harri preziatuak!

banator; nire oinetan, bat eginik (zaurtuak

bi izanaren gaitzak dastatu langiduraz)

menturazko beso soil arteetan loguraz;

osten ditut, askatu gabe, eta banoa

hegan arrosadira, itzal funsgabekoak

gorrotatuta, eki lurrinak idorturik,

non gure jolasa den egunaz bat morturik.

Gurtzen zaitut, birjinen kolera, suz egarri

den nire ezpainetik itzuriz labaingarri

zama sakratuaren plazer basa, o dardaran

tximista! haragia ezkutuki ikaran:

abere oinetatik herabe bihotzera,

ez hain lurrun triste edo malko eroetan behera

heze den inozentzia bazter uzten duena.

Beldur traidoreen gain, horra nire krimena,

jainkoek hain nahasi gordetako laztanen

mulko astalkatua nukeen atzemanen:

irri goria ezkuta bainezake doi-doia

haien arteko baten plegu alaiak goian

(atzamar soilaz gordez, haren lumen lañoa

tinda dadin pizten den ahizparen zartakoan,

ttipia eta xaloa, gorritu gabekoa):

Nire besoetatik hiltze lausoz ehoak,

harrapakina aske da betiko eskergabe

oraino hordi nindukan hipaz erruki gabe.

 

Hainbat gaizto! pozera besteek naramate

nire loki-adarren txirikorden bitartez:

Grina zait, badakizu, purpura, heldua jada,

mingranak oro lehertu eta erleez marmarra;

eta gure odola, hartuko duenaz min,

betiko irriken erle-mulkoan isur dadin.

Errauts-urrez basoa tindatzen den orduan

besta bat berotu da hostaila goibelduan:

Etna! zure artean Venusen ikusgarri

zure laban zituen orpo lañoak jarri,

lo tristea orroaz edo sua nekaldiz.

Erregina dut!

                   Zigor ziurra...

                                       Arima, aldiz,

hitzez hustua eta gorputz zamatua ere

eguerdi isil harroak egiten ditu bere:

Aski da lo egitea biraoa atzendurik,

hondar harroan etzan, zenbat dudan kutun nik

aho zabaltzea ardo astro ahaldunari!

 

Aio, bikote; zaren itzalari beha ni.

 

L'après-midi d'un faune (Églogue)

Le faune : Ces nymphes, je les veux perpétuer. / Si clair, / Leur incarnat léger, qu'il voltige dans l'air / Assoupi de sommeils touffus. / Aimai-je un rêve ? / Mon doute, amas de nuit ancienne, s'achève / En maint rameau subtil, qui, demeuré les vrais / Bois mêmes, prouve, hélas ! que bien seul je m'offrais / Pour triomphe la faute idéale de roses. / Réfléchissons... / ou si les femmes dont tu gloses / Figurent un souhait de tes sens fabuleux ! / Faune, l'illusion s'échappe des yeux bleus / Et froids, comme une source en pleurs, de la plus chaste : / Mais, l'autre tout soupirs, dis-tu qu'elle contraste / Comme brise du jour chaude dans ta toison ? / Que non ! par l'immobile et lasse pâmoison / Suffoquant de chaleurs le matin frais s'il lutte, / Ne murmure point d'eau que ne verse ma flûte / Au bosquet arrosé d'accords ; et le seul vent / Hors des deux tuy-aux prompt à s'exhaler avan / Qu'il disperse le son dans une pluie aride, / C'est, à l'horizon pas remué d'une ride, / Le visible et serein souffle artificiel / De l'inspiration, qui regagne le ciel. // O bords siciliens d'un calme marécage / Qu'à l'envi de soleils ma vanité saccage, / Tacite sous les fleurs d'étincelles, CONTEZ / « Que je coupais ici les creux roseaux domptés / » Par le talent ; quand, sur l'or glauque de lointaines / » Verdures dédiant leur vigne à des fontaines, / » Ondoie une blancheur animale au repos : / » Et qu'au prélude lent où naissent les pipeaux / » Ce vol de cygnes, non ! de naiades se sauve / » Ou plonge... » / Inerte, tout brûle dans l'heure fauve / Sans marquer par quel art ensemble détala / Trop d'hymen souhaité de qui cherche le la : / Alors m'éveillerai-je à la ferveur première, / Droit et seul, sous un flot antique de lumière, / Lys ! et l'un de vous tous pour l'ingénuité. // Autre que ce doux rien par leur lèvre ébruité, / Le baiser, qui tout bas des perfides assure, / Mon sein, vierge de preuve, atteste une morsure / Mystérieuse, due à quelque auguste dent ; / Mais, bast ! arcane tel élut pour confident / Le jonc vaste et jumeau dont sous l'azud on joue : / Qui, détournant à soi le trouble de la joue, / Rêve, dans un solo long, que nous amusions / La beauté d'alentour par des confusions / Fausses entre elle-même et notre chant crédule ; / Et de faire aussi haut que l'amour se module / Évanouir du songe ordinaire de dos / Ou de flanc pur suivis avec mes regards clos, / Une sonore, vaine et monotone ligne. // Tâche donc, instrument des fuites, ô maligne / Syrinx, de refleurir aux lacs où tu m'attends ! / Moi, de ma rumeur fier, je vais parler longtemps / Des déesses ; et par d'idolâtres peintures, / A leur ombre enlever encore des ceintures : / Ainsi, quand des raisins j'ai sucé la clarté, / Pour bannir un regret par ma feinte écarté, / Rieur, j'élève au ciel d'été la grappe vide / Et, soufflant dans ses peaux lumineuses, avide / D'ivresse, jusqu'au soir je regarde au travers. // O nymphes, regonflons des SOUVENIRS divers. / « Mon œil, trouant les joncs, dardait chaque encolure / » Immortelle, qui noie en l'onde sa brûlure / » Avec un cri de rage au ciel de la forêt ; / » Et le splendide bain de cheveux disparaît / » Dans les clartés et les frissons, ô pierreries ! / » J'accours ; quand, à mes pieds, s'entre joignent (meurtries / » De la langueur goûtée à ce mal d'être deux) / » Des dormeuses parmi leurs seuls bras hasardeux ; / » Je les ravis, sans les désenlacer, et vole / » A ce massif, haï par l'ombrage frivole, / » De roses tarissant tout parfum au soleil, / » Où notre ébat au jour consumé soit pareil. » / Je t'adore, courroux des vierges, ô délice / Farouche du sacré fardeau nu qui se glisse / Pour fuir ma lèvre en feu buvant, comme un éclair / Tressaille ! la frayeur secrète de la chair : / Des pieds de l'inhumaine au coeur de la timide / Que délaisse à la fois une innocence, humide / De larmes folles ou de moins tristes vapeurs. / « Mon crime, c'est d'avoir, gai de vaincre ces peurs / » Traîtresses, divisé la touffe échevelée / » De baisers que les dieux gardaient si bien mêlée : / » Car, à peine j'allais cacher un rire ardent / » Sous les replis heureux d'une seule (gardant / » Par un doigt simple, afin que sa candeur de plume / » Se teignît à l'émoi de sa soeur qui s'allume, / » La petite, naïve et ne rougissant pas) : / » Que de mes bras, défaits par de vagues trépas, / » Cette proie, à jamais ingrate se délivre / » Sans pitié du sanglot dont j'étais encore ivre. » // Tant pis ! vers le bonheur d'autres m'entraîneront / Par leur tresse nouée aux cornes de mont front : / Tu sais, ma passion, que, pourpre et dejà mûre, / Chaque grenade éclate et d'abeilles murmure ; / Et notre sang, épris de qui le va saisir, / Coule pour tout l'essaim éternel du désir. / A l'heure où ce bois d'or et de cendres se teinte / Une fête s'exalte en la feuillée éteinte : / Etna ! c'est parmi toi visité de Vénus / Sur ta lave posant ses talons ingénus, / Quand tonne un somme triste ou s'épuise la flamme. / Je tiens la reine ! / O sûr châtiment... / Non, mais l'âme / De paroles vacante et ce corps alourdi / Tard succombent au fier silence de midi : / Sans plus il faut dormir en l'oubli du blasphème, / Sur le sable altéré gisant et comme j'aime / Ouvrir ma bouche à l'astre efficace des vins ! // Couple, adieu ; je vais voir l'ombre que tu devins.