Poesia kaiera
Stephane Mallarme
itzulpena: Josu Landa
Poesia kaiera
Stephane Mallarme
itzulpena: Josu Landa
2016, poesia
64 orrialde
978-84-92468-89-8
Stephane Mallarme
1842-1898
 
 

 

Leihoak

 

Gortinen zuri arruntez goiti horma hutsean

gurutzefika handirantz abiatzen den intsentsu

kiratsez, ospitale tristeez nahigabean,

hil hurran maltzurrak du bizkar zaharra zuzendu,

 

herrestan, berotu nahi gabe bere ustelkinak,

baizik ekia dadin harri gainean para,

aurpegi mehatseko hezur-ile urdinak

doaz argi-izpi gosez diren leihoetara.

 

Ahoa, sukarretan, zeru-urdinaz gose,

—behialako altxorra, larru aratza, gaztetan

hatsean zuen!— orain zikinez ditu ase

urrezko beira epelak pot luze saminetan.

 

Mozkor, izu bizi da, oliadura, edabe,

erloju, ohe behartu, eztula ahantzirik,

arratsa teila artean delarik odol gabe,

bere begiak, zeruertza argiz bizirik,

 

zisne ederraz ditu bistan urre galerak

lotan purpura eta lurrinezko ibaian,

kulunkan haien izpi jori eta urrekerak,

oroitzaz beteriko nagitasun lasaian!

 

Arima krudeleko jendeak du hastio

apetituek duten lorian da iraulkatzen,

zabor hori xerkatzen tematzen da eta dio

haurrei bular ematen dien amari eskaintzen.

 

Ihesari lotzen naiz leiho guztietara

bedeinkatzen nautenak bizitza ezkutatuz,

betiereko ihintzek ikuzi beiretara,

Infinituaren goiz garbia urreztatuz,

 

Neure burua aingeru! hiltzen naiz, nahi nuke

—beira dadin mistika, dadin artea bera—

birjaio, eramanez ametsa buru truke,

Ederra lilitzen den zeru aitzinaldera!

 

Ondikoz! nagusi da: bere goganbeharrak

aterpe segura ere bihurtu ohi dit gazi,

eta Ergelkeriaren oka egite zakarrak

zeru aurrean sudurra ohi dit taparazi.

 

Bada modurik, o Ni, mindura dakidana,

mamuak laidoztatu duen beira hausteko,

—eternitateraino erori ahal izanda—

luma gabeko hegoz ihesean joateko?

 

Les fenétres

Las du triste hôpital, et de l'encens fétide / Qui monte en la blancheur banale des rideaux / Vers le grand crucifix ennuyé du mur vide, / Le moribond sournois y redresse un vieux dos, // Se traîne et va, moins pour chauffer sa pourriture / Que pour voir du soleil sur les pierres, coller / Les poils blancs et les os de la maigre figure / Aux fenêtres qu'un beau rayon clair veut hâler. // Et la bouche, fiévreuse et d'azur bleu vorace, / Telle, jeune, elle alla respirer son trésor, / Une peau virginale et de jadis ! encrasse / D'un long baiser amer les tièdes carreaux d'or. // Ivre, il vit, oubliant l'horreur des saintes huiles, / Les tisanes, l'horloge et le lit infligé, / La toux ; et quand le soir saigne parmi les tuiles, / Son œil, à l'horizon de lumière gorgé, // Voit des galères d'or, belles comme des cygnes, / Sur un fleuve de pourpre et de parfums dormir / En berçant l'éclair fauve et riche de leurs lignes / Dans un grand nonchaloir chargé de souvenir ! // Ainsi, pris du dégoût de l'homme à l'âme dure / Vautré dans le bonheur, où ses seuls appétits / Mangent, et qui s'entête à chercher cette ordure / Pour l'offrir à la femme allaitant ses petits, // Je fuis et je m'accroche à toutes les croisées / D'où l'on tourne l'épaule à la vie, et, béni, / Dans leur verre, lavé d'éternelles rosées, / Que dore le matin chaste de l'Infini // Je me mire et me vois ange ! et je meurs, et j'aime / — Que la vitre soit l'art, soit la mysticité — / A renaître, portant mon rêve en diadème, / Au ciel antérieur où fleurit la Beauté ! // Mais, hélas ! Ici-bas est maître : sa hantise / Vient m'écœurer parfois jusqu'en cet abri sûr, / Et le vomissement impur de la Bêtise / Me force à me boucher le nez devant l'azur. // Est-il moyen, ô Moi qui connais l'amertume, / D'enfoncer le cristal par le monstre insulté / Et de m'enfuir, avec mes deux ailes sans plume / — Au risque de tomber pendant l'éternité ?